Le grand orgue de tribune

Inspiré du savoir-faire de la facture française des 17e et 18e siècles, tourné vers l’avenir, de couleur sonore riche, cet orgue permettra d’exécuter un répertoire très varié. Cet instrument à traction mécanique comportera 23 jeux sur 3 claviers et pédalier et prendra place sur la tribune actuelle.

Ce nouvel orgue enrichira le paysage organistique romand et s’inscrira sur la carte européenne des orgues remarquables. Accueilli dans le temple de Cossonay, en harmonie et synergie avec l’acoustique et l’architecture de cet écrin reconnu d’intérêt national, il enrichira ainsi le patrimoine du lieu.

Cet instrument permettra le développement d’une vie artistique riche, il suscitera la création musicale et donnera à la région un véritable rayonnement culturel.

 

coss2018 tres large

Composition

Claviers I et II  « jeux baladeurs » : 51 notes Do1-Ré5

Montre 8′
Bourdon 8′
Flûte conique 8′
Prestant 4′
Flûte à biberon 4′
Quinte 2 2/3′
Nazard 2 2/3′
Doublette 2′
Quarte 2′
Tiercelette 1 3/5′
Tierce 1 3/5′
Plein Jeu IV + I rangs Jeu offert par Bertrand Cattiaux
Cimballe II rangs
Cornet V rangs
Trompette 8′
Cromorne 8′
Voix humaine 8′

Clavier III : 27 notes Do3-Ré5

Cornet V rangs

Pédale: 30 notes Do1-Fa3

Soubasse 16′
Principal 8′
Octave 4′
Saqueboute 16′
Basson 8′

Accouplements à tiroirs : I/II
Tirasses : I,II, I en 4′
Tremblant doux I et II

Les jeux des claviers I et II sont jouables sur l’un ou l’autre des claviers hormis le Plein Jeu qui est dédié au deuxième clavier.
Ce jeu est muni d’un cran qui fait rentrer la résultante de 16’ indispensable pour la couleur de Plein-Jeu français

Coût de l’instrument: CHF 687’000,00 TTC

Parrainez un tuyau du grand orgue !

Quelques images de l’orgue en construction

Planches de réservoirs d’air                                                Intérieur d’un sommier

IMG_9110                   IMG_9126

Soupapes d’un sommier                                                     Premiers tuyaux

IMG_9120                   IMG_9175

Le bas du buffet du nouvel orgue de tribune                 Vu de dessus

20191017_122834                   20191018_120329

Détail du buffet

20191017_123553

20200221_112321     20200221_110618

20200220_113000      IMG-20200220-WA0031

 

Pièces d’abrégé

IMG_1200

L’abrégé prêt à prendre sa place dans l’instrument

20191017_123149

Les claviers en construction                               Garniture des touches

IMG_1176    IMG_1174

Les claviers terminés                                            Détail des claviers

20191017_123041     20191017_123048

Feuilles de métal (alliage de plomb et étain)

prêtes à la découpe de tuyaux

20190801_145356

Quelques tuyaux

20190801_151007 20190801_152213

Rigoles et noyaux d’un jeu d’anche

20190801_151754

Harmonie d’un tuyau de cromorne du nouvel orgue de tribune de Cossonay

Les Pleins Jeux prêts à être accordés                                      Le cromorne terminé

IMG_1630     IMG_1589

L’orgue terminé en atelier

DSC04512     DSC04514

DSC04517      

L’artisan

Bertrand Cattiaux

L’atelier de Bertrand Cattiaux, installé à Liourdres en Corrèze occupe neuf compagnons facteurs d’orgue spécialisés dans la restauration et la construction d’orgues. Auparavant, Bertrand Cattiaux a collaboré avec Jean-Loup Boisseau avec lequel il s’est formé.

L’atelier s’est fait connaître en Suisse par l’exceptionnelle restauration de l’orgue de la Collégiale de St-Ursanne. Parmi les nombreux ouvrages réalisés il est a relevé entre autres, la reconstruction de l’orgue de la Chapelle Royale de Versailles, la restauration de l’orgue de la Cathédrale de Sarlat et la construction neuve de l’instrument de la Basilique St-Rémi de Reims.

Bertrand Cattiaux est actuellement l’un des meilleurs artisans et connaisseurs de la facture française.
www.orguescattiaux.org

 

L’église St-Pierre et St-Paul de Cossonay

Site protégé classé d’importance nationale.

La première église datant de l’époque carolingienne (8e siècle) est remplacée par un 2e édifice vers l’an mille. Une nouvelle église au dimensions beaucoup plus grandes est érigée au début du 12e siècle ; rasée peu après au niveau de ses fondations elle est remplacée à la fin du 13e siècle.

Un incendie en 1398 ravage une grande partie du bourg de Cossonay ainsi que son lieu de culte. Le temple actuel est alors construit sur ces ruines.